Je suis Lycéen / Etudiant Professionnel

Quel est le rôle d’un conseiller en communication politique ?

Les ministres, les députés, les élus locaux, les préfets ou les responsables de parti s’entourent de conseillers spéciaux chargés de gérer leur relation avec les médias, de bâtir et clarifier leur message politique et de soigner leur image auprès du grand public. Un rôle-clé qui s’est encore complexifié et diversifié avec l’émergence du numérique et la montée en puissance des réseaux sociaux. L’Ircom, Ecole supérieure des Humanités et du Management (Angers, Lyon), propose des formations bac +3 et +5 pour acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de cette fonction.

Certains jeunes bacheliers, sensibilisés très tôt à l’action publique, rêvent d’être un jour la plume d’un élu, ou de contribuer à la notoriété d’un parti politique en se faisant le relais de ses militants auprès des journalistes et des électeurs.

De nombreuses formations proposées par des établissements de l’enseignement supérieur fournissent un socle théorique et des expériences pratiques pour intégrer ce milieu exigeant et très exposé à l’intransigeance de l’opinion publique: il sera demandé à un communicant politique un sens aigu du professionnalisme et une grande honnêteté intellectuelle. Deux qualités qu’il devra concilier avec ses propres convictions et équilibrer avec l’orientation du discours idéologique qu’un maire, un préfet, un syndicat ou une organisation partisane lui demanderont de façonner et promouvoir.

Les missions d’un conseiller en communication politique

Travailleur de l’ombre, un conseiller en communication politique a sous sa coupe plusieurs responsabilités.

Il bâtit, soigne et cultive l’image d’une personnalité politique. Il veille à ce que son message, ses attitudes et même son apparence physique servent ses objectifs et soient perçus sous un jour favorable par le public.

De cette mission première découlent beaucoup d’autres tâches : un conseiller en communication politique participe à la création de discours ou de tribunes destinées à être publiées dans des médias locaux ou nationaux, ou figurer sur des tracts distribués aux particuliers. Il rédige également des communiqués de presse adressés aux journalistes et produit des contenus sur les réseaux sociaux pour diversifier les cibles à toucher.

Savoir gérer une communication de crise

Un conseiller en communication politique cherche à rendre visible un élu, un responsable syndical ou un préfet pour le faire connaître du grand public et susciter de nouvelles adhésions. Il s’occupe de ses relations publiques et assure des contacts réguliers avec la presse afin de planifier les apparitions médiatiques de son « champion » et organiser des interviews à la TV ou dans la presse écrite.

La communication politique est un travail de tous les instants. Elle nécessite une ouverture d’esprit et une veille constante afin d’identifier et mesurer l’évolution de l’opinion, l’émergence de nouvelles sensibilités et préoccupations publiques. Elle exige surtout une grande réactivité face à la survenue parfois très rapide d’imprévus dont l’importance mérite un commentaire et un positionnement politique clair. Un conseiller en communication politique peut aussi être amené à gérer une situation de crise: son rôle consiste, par exemple, à trouver des éléments de langage adaptés pour limiter l’impact négatif d’un évènement susceptible de salir l’image et la réputation d’une personnalité politique. La créativité d’un communicant est bien sûr indispensable aux candidats qui s’engagent dans une campagne électorale: leur conseiller participe à la préparation et la rédaction du programme politique et à l’élaboration du plan média.

Des formations à l’Ircom pour devenir conseiller en communication politique

L’Ircom propose plusieurs formations qui répondent aux aspirations des étudiants désireux de se lancer dans une carrière de communicant politique ou de « média training » : notre « licence Humanités et Science politique » (bac+3) et notre « Master Management et Communication » (bac +5) complètent leurs parties théoriques par des expériences sur le terrain qui permettent de développer les compétences requises et d’acquérir les bons réflexes pour exercer ce métier :

  • Une compréhension approfondie des processus politiques, des structures de pouvoir et des questions sociales et sociétales.
  • Des capacités rédactionnelles et oratoires complétées par une maitrise des médias sociaux.
  • Un savoir-faire dans le développement de stratégies de communication adaptées aux enjeux politiques.
  • Une aptitude à élaborer et appliquer une communication de crise.

Ces articles pourront également vous intéresser

Comment choisir sa licence ?
Quelles sont les démarches pour s’inscrire sur Parcoursup ?
Quel master faire après une licence Humanités et Science politique ?

Partager sur