Je suis Candidat Professionnel

Témoignage de Baptiste, étudiant de l’Ircom au Liban

Baptiste étudie au Liban pour sa troisième année de Licence Humanités parcours Science politique 

>> Lire le témoignage de Baptiste en intégralité

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Bien que j’aie toujours eu un attrait et un goût prononcé pour les disciplines littéraires, je n’ai jamais eu de matières de prédilection. Il était donc difficile pour moi de discerner une voie professionnelle qui pouvait me correspondre. J’ai donc choisi de m’orienter, en cohérence avec mon profil éclectique, vers un bac économique et social.

[…] J’ai ensuite intégré un programme beaucoup plus théorique en relations internationales à l’université de Genève. A ce moment-là, j’ai découvert la vie en autonomie. Le défi étant de réussir à conjuguer les avantages de la vie étudiante et les exigences de la vie universitaire. Préférant me lancer dans le monde de la nuit en tant que DJ, je n’ai pas su relever ce défi, dérivant au bout de six mois de mon cursus universitaire.

[…] Après avoir dépassé cet échec douloureux, j’ai compris que j’avais besoin de retrouver de la profondeur et de la réflexion avant de me lancer dans le monde professionnel. Un mois après la fermeture de Parcoursup, j’ai finalement entendu parler de la Licence Humanités parcours Science politique qui s’est avérée correspondre parfaitement à mes aspirations humaines et intellectuelles.

Pourquoi avoir choisi la Licence Humanités parcours Science politique à l’Ircom ?

En terminale, la philosophie était déjà une matière qui m’intéressait profondément car elle accordait une grande place à la réflexion personnelle. Mon échec à l’université de Genève m’a fait réaliser que je voulais vraiment être acteur de ce que j’allais faire et devenir dans la vie. Un tel enjeu m’a aussi fait comprendre que je n’étais pas fait pour m’orienter dans des études directement professionalisantes car je ressentais le besoin de me donner du temps. […]

L’Ircom s’est présentée comme la première et seule formation pour laquelle j’ai développé une réelle curiosité et un intérêt authentique. J’ai été attiré par l’idée que nous n’étions pas destinés à faire tel ou tel métier mais au contraire à nous ouvrir l’esprit sur une vision du monde plus globale sans pression quant au milieu professionnel où nous devions atterrir. En d’autres termes, la diversité des matières de la licence offre un large portrait historique, politique et économique du monde passé et contemporain. Aujourd’hui, de tels enjeux ont engendré une prise de conscience dans les choix que moi, jeune étudiant de Lyon, avais à poser afin d’œuvrer pour un monde meilleur.

Vous êtes actuellement au Liban pour votre troisième année, pourquoi avoir choisi ce pays ?

J’ai choisi le Liban pour quatre raisons :

  • Tout d’abord, je prévois depuis plusieurs années de monter un projet social en France. Je voulais partir dans un pays qui me permettrait d’appréhender la culture arabe et le poids de la religion. 
  • Ensuite, je voulais vivre un dépaysement total qui me mettrait dans une situation inconfortable afin de repousser mes limites. 
  • Sur le plan personnel, j’ai déjà eu l’occasion de voyager dans de nombreux pays à travers le monde. Toutefois, la zone du Moyen-Orient m’était encore totalement inconnue. 
  • Un de mes bons amis de promotion avait choisi le Liban comme destination. C’était donc une raison en plus de choisir ce pays.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux futurs étudiants qui souhaitent intégrer la Licence ?

De manière générale, il faut savoir que la licence plonge l’étudiant dans un « bain de connaissance ». Dans cette optique, je conseille vraiment à chaque étudiant d’éveiller ses passions et sa curiosité afin d’aimer comprendre, pour mieux vouloir connaître et mieux échanger et s’ouvrir à l’autre. De plus, j’encourage tous les étudiants à ne pas hésiter à communiquer avec les enseignants qui restent très disponibles et réactifs pour échanger et répondre à des questions.

N’hésitez pas à vous avancer et à anticiper car le travail vous rattrape très vite ! D’autre part, je dirais que le petit nombre d’étudiants par promotion est une chance car cela permet de créer de la cohésion rapidement. Par conséquent, je conseille de créer de petits groupes d’entraide pour optimiser la charge de travail.

Profitez, passionnez-vous et soyez curieux !

Partager sur