Je suis Candidat Professionnel

Témoignage de Louise, ancienne étudiante Albert Le Grand

Après une licence en Humanités parcours Science politique à l’Ircom, Louise est aujourd’hui en première année de Master Géographie Alimentation et Cultures Alimentaires. Découvrez son parcours et ses expériences professionnelles.


Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Après avoir été en internat près de Bordeaux, où j’ai eu l’occasion de partir dans un lycée partenaire aux Etats-Unis pendant six mois, j’ai été acceptée à l’Institut Albert Le Grand de l’Ircom et je viens de valider ma  licence. La troisième année devant se faire dans une université à l’étranger, j’ai choisi de partir à Taïwan. J’ai trouvé un stage à Taipei qui m’a permis de rester là-bas pendant neuf mois, sans être confinée ! J’y ai suivi des cours de chinois, en parallèle des cours de l’Ircom. Mon stage s’est déroulé chez Carrefour Taïwan qui fait partie des trois supermarchés les plus importants du pays. J’étais chargée de développer l’offre de vin dans le département B2B (Business to Business).

Pourquoi avoir choisi la licence Humanités et Sciences Politiques à l’Ircom ?

J’ai été attirée par la richesse de la formation d’Albert Le Grand. C’était une bonne opportunité de développer pleinement ma culture générale. Je réalise maintenant que cette formation était très complète, car au delà des matières enseignées, elle s’intéressait à la personne dans son entièreté. Je confirme également que cette licence m’a structurée d’un point de vue scolaire. Elle m’a appris à travailler avec méthode et à inclure le travail, le vrai, dans mon quotidien en allant au bout de toute réflexion. J’ai fondamentalement appris à développer ma curiosité intellectuelle et cherché à être en permanence stimulée. Enfin cette formation m’a permis de réaliser que je cherche à faire un métier où je puisse être utile.

Photo du groupe des étudiants de la XXV à Taiwan au Tchang Kai check Mémorial de Taipei

Que fais-tu actuellement ?

Je suis en Master 1 de Géographie Alimentation et Cultures Alimentaires en Sorbonne. Ce master appréhende l’alimentation en tant que telle et l’estime comme une vraie matière. Nous avons des cours variés comme : cours d’Histoire « classique », « Histoire de l’Alimentation de la Préhistoire à nos jours », « Geography of food », « Gestion des ressources », … Au second semestre, nous aurons des matières plus concrètes autour du vin ou plus axées sur la nutrition. C’est un master très littéraire, de recherche, et théorique. J’y retrouve des caractéristiques  communes avec la licence de l’Ircom : aspect géopolitique, animation de débats, séminaires, réalisation de stage. La réalisation du colloque ainsi que toute la méthode acquise lors de nos dissertations me sont aujourd’hui très utiles. 

Photo de la promenade du bout du monde au château d’Angers


Quelle expérience professionnelle t’a le plus marquée et pourquoi ?

À ce jour, l’expérience professionnelle qui m’a le plus marquée est mon stage chez Carrefour à Taïwan, qui a pu se faire grâce à l’Ircom qui m’a beaucoup aidée pour les démarches administratives. 

L’ambiance au sein de l’entreprise est fondamentalement différente de notre monde occidental. J’ai été propulsée dans un monde différent sur tous les points ! Travailler avec des Taïwanais et devoir communiquer en anglais (quelques fois en chinois !) était d’une richesse telle que cela m’a ouvert l’esprit sur le sens du travail et tout l’enjeu international d’une entreprise française à l’étranger. En effet, les enjeux et objectifs d’une telle entreprise varient en fonction du développement du pays ou de ses priorités. Enfin, ce stage chez Carrefour a été pour moi une vraie transition vers le monde de l’agro alimentation et de l’œnologie. Cette expérience a été très formatrice et a confirmé mes choix de m’engager dans ces domaines.

Photo de Louise devant un temple dans le Sud de Taïwan

Quel est ton souvenir le plus marquant à l’Ircom ?

L’Ircom dans son ensemble est un souvenir marquant ! Les amitiés que l’on se crée, les professeurs avec leurs caractéristiques propres ou encore les shootings de Catherine à la rentrée, les rattrapages de la première année… mais aussi, l’ambiance au sein de la promo, les galas, le théâtre, les matchs de rugby et tous les événements participent à ce souvenir. J’ai été particulièrement marquée par  le départ de chacun dans ses destinations à l’étranger puis les retrouvailles du retour.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux futurs étudiants ?

« Quand on veut, on peut ». La persévérance et la volonté dans le travail sont tellement salvatrices ! L’Ircom m’en a fait prendre conscience. Je pense qu’il faut oser prendre ce temps qui nous est offert pour apprendre à se connaître et savoir ce que l’on veut faire demain pour être réellement utile à la société.
Et surtout, ne vous laissez pas abattre par les quelques points en moins dans les dissertations à cause de l’orthographe !

Photo d’une partie de l’équipage du Club voile de l’Ircom 2018-2019, s’entraînant pour la Spi Dauphine

Partager sur