Développeur rural

Tâches :

Source : ONISEP.fr
Le développeur rural établit un diagnostic détaillé de la situation : besoins des populations, productions, marchés… Il élabore ensuite une stratégie de développement. Selon le contexte, il applique différents moyens : programmes d’introduction et de multiplication de semences, développement de parcelles maraîchères, création de poulaillers collectifs ou de petits élevages, installation de fermes de pisciculture, amélioration de l’irrigation…

Responsabilités :

  • Identifier les besoins avec les locaux.
  • Accompagner techniquement les microprojets ruraux.
  • Favoriser l’autopromotion paysanne.
  • Sensibiliser et former les paysans à de nouvelles techniques.
  • Impliquer et organiser les agriculteurs entre eux.
  • Aider les organisations paysannes à vivre de leurs récoltes.
  • Aider les organisations paysannes à commercialiser les récoltes en valorisant les produits.
  • Approvisionnement des marchés nationaux.
  • Gestion des ressources naturelles.
  • Favoriser l’émergence d’ONG du Sud ou d’organisations paysannes.
  • Alimenter les populations rurales défavorisées en eau potable.
  • Protéger et développer les productions agricoles par l’irrigation et l’aménagement de terroirs.

Compétences et profil requis :

Spécialiste de l’agro-économie, le développeur rural possède une expérience de la gestion de projets auprès de producteurs. Il est motivé par la formation de populations vulnérables. Doté d’une forte capacité d’écoute et de diplomatie, il fait preuve de beaucoup de patience envers les bénéficiaires du programme et les autorités locales. Comprendre la culture du pays d’accueil implique de s’informer sur ses coutumes et sa hiérarchie sociale.

Qualités requises :

  • Ouverture d’esprit pour s’adapter à d’autres schémas culturels. Flexible.
  • Débrouillardise.
  • Sens de l’analyse pour trouver des solutions au cas par cas.
  • Sens de l’écoute.
  • Pédagogue.
  • Sens des responsabilités.
  • Capacités d’organisation.
  • Motivations humanitaires.

Statuts et salaires pratiqués :

Les ONG recrutent surtout des ingénieurs agricoles et agronomes ainsi que quelques vétérinaires, économistes et sociologues. Des postes d’animateur rural peuvent être accessibles avec un bac + 2. Pratique de l’anglais obligatoire.
Rémunération :
Salaire du débutant : de 900 à 1500 euros brut par mois.