Flash actu : nos étudiants aux Philippines

Actuellement, trois étudiants de l’Institut Pedro de Béthencourt et un ancien travaillent aux Philippinespour l’ONG Enfants du Mékong. Tous sont saufs mais la situation sur place est extrêmement critique.

Extrait d’un courrier envoyé par Yves Meaudre, le directeur de l’association :

« Cher Johan,
Oui nous sommes touchés en plein par ce drame. Car nous avons énormément de programmes sur Cebu, Leyté et Samar, Bentayan les 4 îles les plus touchées, surtout la dernière rasée à 90%. L’hôtel où se sont réfugiés [nos directeurs de programmes] a été très vite envahis par la montée de la mer jusqu’au 2ème étage et le toit au 4ème étage s’est effondré. Ils ont vraiment cru y passer. Un spectacle de chaos absolu, d’innombrables morts. Rapatrié à Cebu par l’armée où est notre direction opérationnelle, ils font face et s’organisent courageusement.
[…]
Pour les Bambous (i.e., les volontaires EDM) même ceux de Samar sont tous saufs ! Tous les étudiants de tous les centres sont saufs et se mobilisent pour aider au secours. Ils sont formidables. Il y a un véritable trésor dans le cœur de nos jeunes. Le courage d’abord et la maîtrise d’eux même. Je suis de plus en plus dans l’admiration de nos jeunes français qui ont su transmettre la flamme à leurs étudiants.
Sur les 30 programmes (Leyte, Cebu nord, Bohol, Samar, Bentayan) aucune maison des familles que nous soutenons n’a résisté ! Aucune ! C’est vrai qu’elles sont construites en matériaux légers. Tout le monde ramasse les débris pour se faire des abris de fortune. L’île de Bantayan est complètement rasée m’a dit ce soir notre journaliste que j’avais envoyé aux Philippines et qui s’est trouvé sur place. Un chaos ! La difficulté est l’acheminement des aides et des réactions de panique lorsque les aides sont distribuées. Certains maires sont très organisés d’autres non et dans ce dernier cas cela devient alors dangereux.
Pour l’instant les 16 bambous avec les Responsables de Programmes Philippins font l’audit village par village de la situation des familles. Pour l’instant sur les 400 familles on a pu avoir des nouvelles de 200 d’entre elles et pour l’instant nous avons la consolation de ne pas avoir de morts. Beaucoup ont survécu grâce aux régimes de bananes dont ils se nourrissent depuis trois jours. »

Si vous souhaitez aider cette association partenaire du Master depuis sa création, vous pouvez adresser vos dons en passant par le site de l’association :