Conception de projet et management d’équipe

Tous les étudiants ont présenté leur projet à l’ONG pour laquelle ils ont travaillé sur un cas réel.

Ex : comment améliorer l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement d’un camp de réfugiés au sud du Tchad pour SOLIDARITES INTERNATIONALES :

” SOLIDARITES INTERNATIONAL œuvre depuis 30 ans auprès des victimes de conflits ou de catastrophes naturelles. Pendant plus de 2 mois, à travers plusieurs échanges avec SOLIDARITES INTERNATIONAL, des recherches personnelles et un accompagnement soutenu de Marie-Geneviève Leproux (IECD), nous avons monté un dossier de financement destiné au bailleur européen ECHO.
Après avoir analysé le contexte local et national, identifié les besoins, les parties prenantes, nous avons déterminé quel type d’action était le plus pertinent. Nous avons pu mettre en pratique tous les enseignements reçus au cours de l’année, relatifs à la gestion du cycle de projet : mettre en place un cadre logique, un chronogramme des activités, réaliser un budget, un plan de financement, réfléchir à la durabilité de l’action, établir des outils de suivi et d’évaluation, créer une plaquette de communication et aboutir à la rédaction du formulaire technique destiné à ECHO. Nous avons conclu ce projet par une réflexion éthique sur celui-ci, et en présentant oralement notre travail auprès des membres de SOLIDARITES INTERNATIONAL.
Nous avons pu par ailleurs nous mesurer au travail en équipe ou à la gestion du temps puisque nous avions des délais de production à respecter. L’enjeu de ce projet nous a passionné ; le fait que nous ne connaissions ni le contexte géographique et culturel, ni le secteur de l’eau, l’hygiène et l’assainissement, et que nous soyons distants de milliers de kilomètres de la zone d’intervention, s’est révélé un challenge que nous avons relevé avec plaisir et professionnalisme.
Nous sommes fiers d’avoir concrétisé cette montagne qui se dressait devant nous : mettre en application la théorie enseignée pendant un an et parvenir à développer un projet d’urgence d’une telle ampleur : renforcer les conditions de vie de 22 600 réfugiés en améliorant l’accès à l’eau notamment, ressource naturelle qui tue chaque année plus de 3 millions de personnes dans le monde. Merci à SOLIDARITES INTERNATIONAL de nous avoir permis un tel apprentissage.” (Juliette, 2ème année de master)