Yannick Le Roy, directeur national de SOS Villages d’Enfants (cursus management de la solidarité, promo 2012)

Yannick, Directeur national, de SOS Villages d’Enfants à Madagascar

Il n’est jamais trop tard pour changer de profession. Telle est la leçon à tirer du parcours atypique de Yannick Le Roy. Après 10 ans d’expérience dans la fonction commerciale en Indonésie, ce dernier, âgé de 50 ans, décide de réorienter son parcours professionnel vers l’humanitaire. En 2010, il intègre ainsi la cinquième promotion de la formation en Management de la solidarité, à l’Institut Pedro de Béthencourt de l’Ircom.
« Ma formation m’a permis de bénéficier d’enseignements académiques indispensables à la connaissance du milieu humanitaire et à sa gestion. C’est aussi et surtout mon cursus de fin de cycle qui a été un véritable tremplin pour moi ». Il passe en effet huit mois en tant que salarié au Comité Français de Secours aux Enfants (CFSE), qu’il intègre directement par la suite en tant que chef de service d’une Maison de l’Enfance à Caractère Social (MECS).

Il devient ensuite Directeur des Etablissements dans les Deux-Sèvres. Fortement impliqué dans la protection de l’enfance, il occupe des missions multiples : encadrement des équipes, veille au respect et à la qualité des conditions d’accueil des enfants, propositions de solutions aux problèmes des jeunes… « Une réussite intéressante a été la mise en place de dispositifs d’accès à l’autonomie pour préparer les adolescentes à la vie d’adulte (gestion d’un budget, ménage, organisation de rendez-vous…) », confie-t-il. Le milieu du social donne à Yannick Le Roy l’occasion de mettre en pratique ses savoir-faire et son expérience au profit d’une cause qui lui est particulièrement chère : la dignité de la personne humaine.

Depuis janvier 2016, il occupe désormais la fonction de directeur national dans l’association SOS Villages d’Enfants. Il dirige la structure à Madagascar où il gère 600 salariés répartis sur l’ensemble du territoire, et 600 enfants accueillis dans 4 villages d’enfants. Il gère également l’accueil quotidiens de 5000 enfants et 30 000 familles dans des villages, des foyers d’étudiants, des centres de jour, des établissements scolaires ou bien des centres de santé de base.

«L’enseignement dispensé à l’Ircom est exceptionnel. »

De ses moments passés à l’Ircom, il retient une bonne ambiance régnante au sein d’une promotion très hétéroclite, composée de jeunes mais aussi de seniors. Un nom refait également surface : celui de l’abbé Houard. « De sa présence émanait une spiritualité profonde. C’était un homme rigoureux et proche du Seigneur avec un très beau sourire », se souvient-il. « L’enseignement dispensé à l’Ircom est exceptionnel. Pierre Collignon a su créer un réel esprit d’équipe au sein d’un corps pédagogique de qualité », conclut-t-il. Rien d’étonnant à ce que deux de ses enfants aient suivi leurs études de communication à l’Institut Mac Luhan…

>>En savoir plus sur la formation Management de la Solidarité